Informations sur les fumées de soudage

Par: Estelle Larrieu Dans: Le Matériel Le: Commentaires: 0 Vues: 571

Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) a modifié en 2017 le classement des fumées de soudage en catégorie 1 - cancérogène pour l'Homme. La solution est simple : s’équiper de protections respiratoires individuelles et efficaces.

 Les fumées de soudage ont aussi un effet à court terme puisqu'elles peuvent générer des nausées, maux de tête, étourdissements,fièvres. Lors d'expositions répétées des bronchites, œdèmes et lésions osseuses peuvent s'ajouter aux lésions chroniques de l'appareil respiratoire et nerveux.
Les procédés de soudage génèrent un aérosol de particules fines de natures très diverses (agents cancérogènes et autres produits dangereux : chrome VI, cadmium, nickel, béryllium cobalt, aluminium, plomb, antimoine, baryum, cuivre, magnésium, dioxyde de titane, silice…) et des gaz (agents cancérogènes et autres produits dangereux : monoxyde de carbone, cyanure d’hydrogène, ozone, dioxyde d’azote, aldéhyde formique…).

                      

Pour l’employeur, cela signifie qu’il faut mettre en place une prévention des risques adaptée :
• évaluer les risques,
• modifier le procédé de soudage utilisé,
• capter à la source ces particules,
• utiliser la ventilation générale.
Dans la pratique, ces actions ne sont pas toujours possibles à mettre en place et peuvent avoir une efficacité
limitée.
La solution est d’équiper vos soudeurs de protections respiratoires individuelles et efficaces :
- avec une ventilation assistée munie d'un filtre antiparticule, en respectant les
recommandations de l'INRS
- entretenir régulièrement ces systèmes (voir nos recommandations au verso).

Ci joint le site officiel de l'INRS sur ce sujet : http://www.inrs.fr/risques/fumees-soudage/ce-qu-il-faut-retenir.html